Interview et playlist : Lisa Li-lund


Photo : Julien Ansault.


Lisa Li-Lund, croisée notamment à la tête, avec Gilb'r de The Big Crunch Theory, sortira son nouvel album, le très réussi Glass Of Blood, début 2021. Ce sera sur le label Pan European Recording, qui ne nous déçoit quasiment jamais en termes de signatures. Elle y mélangera son art du storytelling venu du folk avec des expérimentations électroniques qui nous emmènent très loin dans les tréfonds de son âme à fleur de peau. En même temps que ce nouvel album, sera rééditée une grande partie de sa discographie chez Pan European/Splinter. A l'occasion du clip de son nouveau morceau, "Janet" (sur fond de légende arthurienne, de giallo et d'heroic fantasy), elle nous a confié sa playlist éclectique, à son image.


The Strokes - « At the door »

" Dès la première fois que j’ai entendu ce morceau, il s’est directement logé dans la case de mon cœur « chansons que j’aime depuis toujours et pour toujours », comme très souvent avec les compositions des Strokes et la voix de Julian Casablancas. La mélodie me hante, me réconforte et me transporte. Sufjan Stevens - « Video Game »

" Mon tube de l’été 2020. Je n’avais jamais écouté Sufjan Stevens avant, mais je passe ce morceau en boucle. Pourtant les paroles sont vraiment nulles, mais même cet aspect me plaît. Une parfaite pop-song, pour danser en buvant mon café du matin. Ben Kweller « Falling »

" J’adore Ben Kweller. Ses chansons sont parfaites pour faire du vélo sous la pluie pendant des heures. Lorsque je l’ai vu en concert pour la première fois, au Cabaret Sauvage, à Paris, devant une salle presque vide, et qu’il a chanté son morceau « Thirteen », j’ai pleuré de joie, je n’avais pas ressenti une telle émotion en découvrant un artiste depuis 1000 ans." Dolly Parton - « I will always love you »

" La chanson ultime, écrite par mon idole, mon modèle, Dolly Parton. Elle l’a refusé à Elvis car elle n’aurait pour rien au monde cédé ses droits d’autrice-compositrice. Le jour où le King a divorcé de Priscilla Beaulieu, elle a a raconté à Dolly Parton qu’Elvis lui a chuchoté cette chanson à l’oreille, qu’il a toujours regretté de ne pas avoir enregistrée." Robyn - « Don’t fucking tell me what to do »

" Le premier album de Robyn vient d’être édité en vinyle. Ce morceau me fait du bien, j’adore le beat. Je ne supporte pas les obligations, les contraintes ou l’autorité, et en ce moment cette phobie est mise à rude épreuve, ce titre est donc à propos." Turner Cody - « The Devil’s Got My Number »

" Turner Cody est pour moi un des meilleurs musiciens contemporains. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi il n’a pas la notoriété de Springsteen ou de Dylan. J’ai eu la chance de tourner avec lui et d’habiter avec lui à NYC. Son travail d’écriture, son jeu de guitare et ses albums sont de vrais diamants." Leonard Cohen -« Happens to the Heart »

" Ce morceau est extrait de l’album posthume de Leonard Cohen. Le son est si pur, la voix, si proche. J’ai ressenti beaucoup de peine, comme tant de gens, à sa mort. Cet album incarne un pont entre la vie d’un homme et l’immortalité d’un artiste pour moi." Lana Del Rey - « California »

"Cet album est sorti il y a un an. Je venais de finir le mastering de mon prochain album, puis j’ai entendu Norman Fucking Rockwell et je me suis dit : « heureusement que je ne l’ai pas entendu avant, cela m’aurait bloquée, c’est tout simplement parfait ». C’est l’album que j’aurais rêvé d'écrire, que je me régale à écouter chaque jour, et un des vinyles préférés de mon fils de 3 ans qui peut écouter certains de ses morceaux 12 fois d’affilée au petit déjeuner." Black Sabbath - « Iron Man »

" À la fois un des meilleurs riffs de guitare de tous les temps et le surnom du superhéros Tony Stark. Tout est dit. François de Roubaix « Daughters of Darkness Opening », extrait de la bande originale du film Les lèvres Rouges de Harry Kümel.

" François de Roubaix est l’homme de ma vie. C'est aussi la raison pour laquelle je serai toujours célibataire. Parce que quand tu as aimé De Roubaix, les autres mecs ne peuvent absolument pas "test"."



Bonus


3 questions à Lisa Li-Lund :


Il y a quelques années, on posait pas mal de questions à Lisa,

voici trois de ses réponses


Quand as tu commencé à faire de la musique ?

Je viens d'une famille où faire de la musique fait partie du quotidien. Mon père et ses amis se réunissaient plusieurs fois par semaine et jouaient chez nous toute la nuit. Mes frères sont eux aussi musiciens. J'ai toujours chanté avec eux, puis j'ai pris 3-4 cours de guitare et de piano comme tous les enfants. Puis au lycée, mon frère David m'a offert un petit clavier-jouet Casio. Cette semaine-la, j'ai commencé a écrire plein de morceaux. En quelques jours, j'avais écrit une dizaine de morceaux. J'ai ensuite fait un premier concert a l'occasion d'une soirée "Open Mic" au bar parisien le Pop'in. A cette occasion je me suis acoquinée avec Neman, batteur de Herman Dune et de Zombie-Zombie. C'est là qu'on a formé le groupe li-lund où on composait, jouait et chantait tous les deux et dans la foulée, on a enregistré un album de plus de 20 titres avec pour ingénieur du son Etienne Jaumet de Zombie Zombie..


Que s'est-il passé ensuite dans ton parcours musical ?

J'ai eu un premier groupe avec Neman. Nous jouions nos compositions en duo mais avec autant d'instruments qu'un big band. Je jouais des claviers: du Farfisa, du Moog, de deux petits Casio, de la boîte a rythme avec ma TR 808, de la guitare et je chantais. Lui jouait du clavier, de la batterie et chantait également. Plus tard, j'ai de plus en plus joué en solo, guitare-voix ou clavier-voix. Et j'ai commencé à beaucoup voyager aux États-Unis, vivant a NY plusieurs mois par an, à Chicago aussi. La-bas j'ai collabore avec plein de musiciens aussi bien pour mes projets que les leurs et enregistré plusieurs albums. J'ai aussi eu la chance d'enregistrer un disque au Brésil avec des musiciens que j'ai rencontré quand j'y étais en tournée.

J'ai changé de backing band et joué avec des musiciens différents sur la plupart de mes enregistrements, au grès des lieux et des rencontres. En tout, j'ai bien enregistré une dizaine de disques sous mon nom et participé à plein d'autres groupes. Mais je n'ai sorti officiellement que quelques albums.


Avec quelle musique tu as grandi, quelles sont tes idoles ?

J'ai grandi en écoutant de la musique folk américaine par mon père, du rock et de la pop par mes frères, et par moi-même beaucoup de hip-hop. C'est pour ça que les premiers morceaux que j'ai écrits étaient pratiquement tous des nappes de synthés posées sur un beat hip-hop avec de la voix. Mes idoles ? Il y en a tellement... Les Rolling Stones, les Shangri-Las, John Frusciante, Tori Amos, Ray Charles, Snoop Dog, les Modern Lovers, Lee Dorsey, Otis Redding, Dolly Parton, Suicide...

Featured Posts