• La rédaction

Que deviennent les sœurs d'Orties ?


Antha voit toujours rouge


En 2013, les sœurs d'Orties marquaient le petit monde du Paris hype avec des morceaux mêlant rap et punk. Leurs paroles cash abordant le sexe et la drogue et leur esthétique dark rave hip hop mi goth mi r'n'b 2000 est aujourd'hui plus à la mode que jamais. Mais que sont devenues les deux jeunes filles échappées des Beaux-Arts, amatrices de provoc (photos déshabillées) et adulées par Houellebecq ?

En 2018, Alexandra Dezzi (alias Kincy) sortait un livre réussi chez Léo Scheer, qui racontait une histoire d'amour moderne sur fond des attentats de 2015. La même année, elle écrivait une chanson ("Messe bleue") pour l'installation Souris Calle, de Sophie Calle, un hommage à son chat défunt.

Ces derniers mois, c'est Antha, l'autre moitié du duo, qui a refait surface. La Parisienne a sorti mi-décembre un album intitulé Spleen. Elle y chante à peu près les mêmes thèmes qu'avec Orties (amour, mort, sexe) en y ajoutant des références à des marques bankable comme Gucci ainsi qu'à la pop culture (darknet, Batman, Matrix, Netflix). Les prods souvent mélancoliques rappellent les tendances actuelles (on pense souvent à PNL et à Booba) mais n'ont rien à envier à la concurrence. Parfois un peu kitsch et caricatural (le cliché de Lolita ressuscité, l'allusion au club des 27), le résultat ne manque cependant ni de poésie ni de charme notamment sur le très réussi "Inferno" ou le touchant "Heroïne". Quant au côté mystique ("Fra Angelico"), il renouvelle astucieusement le propos en conviant Jeanne D'arc et Mylene Farmer au pays des guns, des Merco et des sirènes de police.


Violaine S








This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now