• Violaine S

Les limites du mythe de la Parisienne

Mis à jour : juin 30


La Parisienne n’existe pas. C'est une caricature. Un fantasme anglo-saxon. Un titre d’article de magazine ou de livre. On en parle trop. On en a marre.

Oui, et pourtant, ado, quand je vivais à Marseillaise, je voulais être cette figure évanescente qui a l’air pas coiffée sans faire chiffon. Ce cliché séduisant sans substance fixe.

La germanopratine me faisait rêver. Surtout celle parée pour l’hiver avec ses bottes et son grand manteau camel “piqué à son mec”, son livre corné et ses clopes en train de fureter dans les rayons de Shakespeare And Company ou sur les quais des bouquinistes.

Le matin, elle écoute un débat sur France Culture, du jazz ou de la musique classique, en buvant un café de la couleur de ses cheveux. Elle semble avoir changé la tonalité de sa chevelure pour l’accorder au mois de novembre et à ses émois mélancoliques.

Elle va au travail en marchant nonchalamment dans la lumière automnale, semblable à la lueur néon du frigidaire de son micro appartement “si mignon”. Elle a des vases, des affiches de films de Rohmer, un chat.

Quand la nuit arrive, elle enfile des sandales à paillettes sur de grosses chaussettes, prend le premier taxi pour filer dans la nuit scintillante comme une Tour Eiffel un soir de fête. Elle rejoint des amies qui lui ressemblent. On ne sait pas ce qu’elle fait après, où elle va, avec qui elle dormira ni de quoi son lendemain sera fait.

Car depuis que je suis devenue Parisienne, je ne le sais que trop bien : ce cliché est une licorne et c'est tant mieux.


#société #mode

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now