Rechercher
  • La rédaction

Tendance : Est-ce qu'un jour, on n'ira plus en magasin ?


L'e-commerce : un succès tout sauf virtuel

Avec le climat tendu qui règne en France depuis plus de deux ans, l'e-commerce et les soirées en appartements ont connu une hausse flagrante. Faire les boutiques IRL serait-il devenu complétement aussi anachronique que le téléphone fixe et l'autobronzant orange ?

Après les attentats, les grands magasins de Paris et de Province ressemblaient à des déserts ultra modernes. La menace terroriste avait en effet cloué les fashionistas chez elles. Le mouvement Nuit Debout (qui dénote une certaine colère envers le système) et les récents événements autour des grèves et du manque d'essence ont enterré la donne. Puis il y a eu les gilets jaunes. Une vendeuse d'une célèbre boutique du Boulevard Haussmann nous confiait que depuis quelques mois, leur chiffre d'affaires avait baissé de 40 à 70%. Elle nous racontait également que c'est en partie dû aux touristes qui préfèrent rester dans leurs pays, car "la télévision leur renvoie une image de la France en guerre". Mais elle nous glissait en même temps que les consommateurs locaux ne sortaient plus pour faire du shopping, choisissant de cliquer au chaud (devant Game Of Thrones ?) pour updater leur garde en robe et leur quotidien. La pluie battant des records historiques en France actuellement (sauf en Bretagne, signe de la fin du monde?), cela ne va pas arranger les affaires des boutiques réelles...

Ses dires ont été confirmés officiellement cette année. Selon des chiffres datant de fin mai 2018, les revenus rapportés par les achats en ligne en Europe ont progressé de 13,3% en 2015 par rapport à 2014 pour atteindre 455,3 milliards € selon l'« European B2C Ecommerce Report ». 296 millions de personnes soit 43% de la population ont commander sur Internet. Et ce marché grimpe encore avec 510 millions d'euros estimés en 2016 (+12% versus 2015) et 598 millions d'euros en 2017 d'après ses prévisions. Parmi les pays concernés, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne représentent 60% du chiffre d’affaire. D'après la Fevad (fédération du e-commerce), 64,9 milliards d'euros ont été dépensés en France sur la toile l'an passé, soit 14,3% de plus qu'en 2014. Et les revenus de l'e-commerce de notre pays pour l'année 2016 devraient s'élever à 70 milliards d'euros. Finie la méfiance envers le hacking, cette peur semble être devenue moins grande que celle de "risquer sa vie" en allant acheter un bomber dans un centre commercial.

Une autre étude qui contrebalance un peu tout ça :

https://www.lesechos.fr/06/02/2018/lesechos.fr/0301253073463_les-millennials-restent-adeptes-des-magasins.htm

#société #web

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now